ban_head

Histoire

nouveau-logo-seine-saint-denis  Le département de la Seine-Saint-Denis a été crée le 1er Janvier 1968  en application de la loi du 10 juillet 1964 portant  sur la réorganisation de la région parisienne et la répartition des anciens  départements de la    Seine et de la Seine et Oise. Le 93 autrefois dévolu au département de Constantine est constitué de 40 villes issues de l'ancien département de la Seine (24 communes formant les actuels arrondissements de Bobigny et Saint-Denis)  et d'une petite portion de celui de Seine-et-Oise (16 communes formant l’arrondissement du Raincy). Sa préfecture est Bobigny. De 1790 à 1800, les  départements étaient divisés en Districts avant d’être remplacés le 17 Février 1800 par des Arrondissements.

Depuis 1993, la Seine-Saint-Denis est composé de trois  arrondissements :

-  Saint-Denis  ( Saint-Ouen, Aubervilliers, Saint-Denis, L’Ile Saint-Denis, Epinay sur Seine, Villetaneuse, Pierrefitte-sur-seine, Stains, La Courneuve)

-  Bobigny ( Bobigny, Dugny, Le Bourget, Drancy, Bondy, Les Pavillons-sous Bois, Noisy le Sec, Romainville, Pantin, Le Pré-Saint-Gervais, Les Lilas, Bagnolet, Montreuil, Rosny-sous-Bois, Villemomble.

-  Raincy ( Neuilly-Plaisance, Neuilly-sur Marne, Noisy-Le Grand, Gournay-sur-Marne, Gagny, Le Raincy, Clichy-sous-Bois, Montfermeil, Coubron, Sevran, Livry-Gargan, Vaujours, Aulnay-sous-Bois, Le Blanc-Mesnil, Villepinte, Tremblay-en-France.

Même si le département de la Seine-Saint-Denis est jeune, des découvertes archéologiques témoignent que  son territoire  est occupé depuis des milliers d’années. Terre fertile et  riche  de cultures au moyen âge à l’image de la grande forêt de Bondy, son territoire servait d’approvisionnement à Paris au Moyen-âge.

Montreuil et plus largement Saint-Denis étaient les seules grandes villes du département avant la révolution Française. Saint-Denis dont la basilique, symbole de la royauté sera démantelé en  1792 puis transformé en temple de la raison l’année suivante.

1814-bataille-deparisLors de la Bataille de Paris qui conduira à la première abdication de Napoléon plusieurs villes comme Pantin, Romainville  Aubervilliers, Clichy, Le Bourget seront traversées par les troupes alliées ( Prusse, Russes, Suisses, Autrichiens, Suedois, Hollandais, Bavarois,etc. ) . Même si  l’armée française perdit, dans la bataille de Paris, 6 000 hommes (3 500 tués, 2 500 blessés et prisonniers). Les coalisés perdirent 18 000 hommes, 8 000 morts et 10 000 blessés.

Le 19e siècle et le début du 20e siècle sera marqué par l’augmentation pharaonique des populations du département. Après la guerre 1914-1918,  cette augmentation entraine le besoin de construire et transformera peu à peu ces villages en villes avec l’arrivée d’une première vague d’immigration venue d’Italie et d’Espagne ( quartier de la petite Espagne à la Plaine –Saint-Denis).

Les forts de  Romainville aux Lilas, le camp de déportation de la cité de la Muette de Drancy , les gares du Bourget et de Bobigny sont considérés aujourd’hui comme des lieux de mémoires de la seconde guerre mondiale.

Après la guerre,  le développement industriel devient très important, grâce à son implantation et à son rapport qualité prix, la Seine-Saint-Denis devient un des bastions Industriels Français. Des villes comme Saint-Denis , Saint-Ouen et Aubervilliers constitueront une des plus grandes zones industrielles d’Europe.  Ce développement industriel entrainera une deuxième vague d’immigration en provenance des pays Nord-Africains  et du Portugal  encore plus récemment Chinois, Turcs ou Africains des pays situés au Sud du Sahara qui fait du département Séquano Dyonisien le département ou le nombre d’immigrés est le plus important ( 21 %).

Au sortir de la seconde guerre mondiale l'explosion démographique et la croissance urbaine  une politique de planification urbaine et de construction de logements collectifs La construction des " grands ensembles " accompagnant l'essor économique des Trente Glorieuses et faisant disparaitre le côté campagnard de la Seine-Saint-Denis.